26771791_p

Joseph Duplessis (1725-1802). Portrait de monsieur de Buissy, huile sur toile, 116 x 88,5 cm. Estimation : 80 000/100 000 €.

Joseph-Siffred Duplessis tient l’amour de la peinture de son père, chirurgien et peintre à Carpentras. Formé par Joseph Imbert, puis dans l’atelier de Subleyras à Rome, où il rencontre Joseph Vernet, il retrouve sa ville natale vers 1747-1748 et bénéficie des commandes du clergé et de la noblesse du Comtat Venaissin. Enfin, il vient tenter sa chance à Paris, où il décide de se consacrer au portrait. En 1769, il expose au Salon - où il est remarqué par Diderot - et se voit agréé à l’Académie. Il brosse le portrait du roi, ce qui lui assure la renommée, celui de Benjamin Franklin - un tableau récemment passé en vente à Paris -, puis d’aristocrates et de bourgeois. Notre modèle se nomme Pierre de Buissy (1743-1787), seigneur de Longpré. Vêtu d’un habit du plus beau rouge, couleur interdite aux aristocrates à la Cour, il porte la cocarde de l’ordre de Saint-Louis. Notre homme dépensa sans compter pour embellir le château construit par son père, connu sous le nom de "La Folie de Buissy". Ainsi, pour le salon du Zodiaque, il appela probablement Boutry, en 1760, pour faire les dorures des boiseries, outre les peintures des trumeaux. Les dessus-de-porte à sujets mythologiques sont attribués pour certains à Choquet, pour d’autres à Coypel, d’autres encore penchant pour les frères Huet. Pierre de Buissy s’attachait à tenir son rang. Duplessis a su en traduire le sentiment.

Mercredi 18 juin, salle 1-7 - Drouot-Richelieu. Millon & Associés SVV. M. Millet.